Conférenciers :

  • Jean-Noé Landry, directeur général d’Opennorth ;
  • Mounir Belhamiti, conseiller métropolitain à Nantes et Vice-Président d’Opendata France ;
  • David Martineau, Conseiller départemental en charge de l’open data et des territoires connectés ;
  • Jacques Priol, fondateur du cabinet CIVITEO

Objectif : Faire un état des lieux comparatif de l’open data entre le Canada et la France, et partager des retours d’expérience

Résumé de la conférence :

Etat des lieux

Le mouvement de l’open data est né outre-Atlantique au début des années 2000. En France, certaines
collectivités, comme le département Loire-Atlantique, ont commencé au début des années 2010. Mais c’est réellement avec la loi pour une République numérique, promulguée en 2016, que le mouvement a
pris de l’ampleur. En effet, cette loi fixe un cadre pour l’ouverture des données et la rend obligatoire pour les données publiques à caractère général (collectivités et opérateurs publics).
Jean-Noé Landry souligne l’importance d’un cadre légal, et présente l’absence de loi au Canada comme un frein au développement et à la durabilité de l’open data. De plus, il rappelle la nécessité d’un cadre pour permettre l’interopérabilité des données entre les collectivités. Faute de loi, Opennorth invite les collectivités à s’appuyer sur la Charte internationale des open data qui pose 6 principes directeurs.
L’ensemble des participants s’accorde sur l’importance de la data visualisation et de la médiation
pour faciliter l’appropriation citoyenne. Ils constatent qu’en leur absence, le taux d’engagement est faible et seules les personnes déjà sensibles aux sujets data consultent les données disponibles.

Retours d’expérience

Présentation de 3 cas d’usage :

  • A Nantes, l’application Nantes dans ma poche permet l’accès via une seule application aux informations de la ville telles que les horaires d’ouverture des piscines municipales ou les prochains passages du tramway. Elle se nourrit de micro-services issus de la plateforme d’open data de Nantes.
  • A Montréal, le site Patiner Montréal permet de connaître l’état des patinoires extérieures et leurs horaires à partir de rapports réalisés par la ville.
  • Budget participatif : l’open data permet de faciliter la compréhension et la participation des citoyens au budget des collectivités. Opennorth propose une application permettant d’éduquer les citoyens sur l’état des finances de leur ville, puis, en utilisant des données réelles et en rendant les chiffres concrets (coût d’un arbre, d’un lampadaire…), de construire le budget de la ville.

Fort de son expérience, le département Loire-Atlantique a mis ses applications en open source et propose aux villes de les accompagner dans l’ouverture de leurs données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.